CALM – Héberger un réfugié chez soi

Aujourd’hui pas de cuisine, pas de green attitude.

Aujourd’hui c’est l’heure où les journaux français publient en Une la photo d’un enfant Syrien noyé sur une plage Turque car du malheur des autres on pourra toujours tirer profit, l’heure où l’on entend des voix s’élever pour crier la peur de l’étranger qui pourrait prendre son travail, ses allocs ou je ne sais quoi. Il est clairement l’heure où beaucoup on oublié ce que « Liberté, Egalité, Fraternité » veut dire.

Nous avons une chance folle, nous les Français râleurs pour un rien, nous avons de la chance et n’en avons même pas conscience.

La chance de pouvoir vivre dans un pays où c’est le réveil matin qui nous sort des bras de Morphée et non une bombe qui explose et détruit la maison de nos voisins. La chance de pouvoir nourrir et éduquer nos enfants.
La chance qu’en cas de coup dur l’État soit là pour nous aider, car c’est ça la fraternité, on ne laisse personne derrière. Bien sûr il y a des imperfections dans le système, certains profitent, certains cachent leurs deniers pour ne pas payer leur part car ils s’estiment trop taxés, rien n’est jamais parfait.

On parle de ces « migrants » qui arrivent par milliers aux portes de l’Europe que les pays se refilent à qui mieux mieux car personne n’en veut. Mais ce ne sont pas des « migrants », ce sont des réfugiés et cela fait une grosse différence. Ces personnes n’ont pas fait le choix volontaire et raisonné de traverser désert et mer, d’endetter leur famille pour partir comme nous pourrions choisir une destination de vacances. Ils l’ont fait car ils n’avaient plus le choix.Ils ont tout laissé derrière eux en espérant avoir une vie meilleure malgré les dangers de la traversée.

Nous avons déclenché des guerres dans leurs pays, le moins que nous puissions faire serait encore de les aider.

Heureusement, des projets solidaires voient le jour pour leur venir en aide, c’est le cas du projet CALM. Ce projet met en relation des réfugiés et des particuliers qui souhaitent les héberger, que ce soit quelques jours ou quelques mois. Et si vous ne pouvez pas héberger quelqu’un chez vous il y a d’autres types d’aides que vous pouvez apporter, ou même faire un don.

N’hésitez pas à aller faire un tour sur leur site, ici.

calm

Publicités

6 Commentaires

  1. Merci Béné!

    Que dire apart merci de mettre des mots via ton blog sur mon désarroi et mon impuissance face à cette indifférence et pourtant en France nous sommes tous a la base des migrants….

    On oublie vite ( mais il y a aussi des étoiles… Et des gens qui se bougent… Alors merci )

    • Cela faisait un moment que je voulais en parler sans trouver les bons mots car je ne suis ni écrivain ni spécialiste en politique internationale et je cherchais quelle association mettre en avant car il y en a beaucoup qui se bougent pour aider ces gens. On peut tous aider à notre niveau donc pourquoi rester les bras croisés et regarder le bateau couler. N’hésite pas à parler de cette association autour de toi et à leur faire de la pub car ils en ont besoin !

  2. Je ne suis pas Français, mais Belge.
    Et, depuis quelques jours, j’héberge DÉJÀ une réfugiée chez moi !
    Une dame de 37 ans que son ex a fichu à la porte un jour de violence…
    Elle n’a droit à aucune aide de qui ou de quoi que ce soit.
    Et je me démerde avec le peu que je gagne (déjà insuffisant quand j’habitais seul, encore moins suffisant maintenant que j’héberge temporairement cette personne qui s’est réfugiée chez moi).
    Quant au « j’héberge temporairement », il risque d’être faux, parce que je viens encore d’aller bavarder avec une assistante sociale du CPAS de ma commune, qui m’a dit que le Conseil refuserait d’office de lui accorder quoi que ce soit vu que je l’hébergeais et que je n’avais qu’à me débrouiller pour subvenir à ses besoin, y compris pour lui trouver un logement ! Vois pas bien comment je pourrais faire, vu mes revenus, pour lui trouver un logement… Donc, vais devoir l’héberger encore quelques années ! Ce que ni moi ni elle ne souhaitons : elle ne souhaite qu’une chose = retourner vivre dans sa région de naissance !

    Ha, oui, j’oubliais…
    Cette dame qui s’est réfugiée chez moi pour échapper à la violence de son mari … est Belge.
    Elle vient de Liège…
    Si un Liégeois lit ceci, qu’il est propriétaire d’un studio (idéalement meublé, mais, bon, je peux encore m’arranger pour fournir un matelas et une chaise), et qu’il veut aider une réfugiée belge en détresse à se loger, ma foi, il peut me contacter en laissant un message sous ce commentaire… Merci pour elle…

    • Bonjour Éric,
      Il n’est souvent pas utile de regarder très loin pour trouver des personnes qui ont besoin d’aide, nos voisins, notre famille. La situation de cette dame que tu héberges est visiblement très difficile et la violence conjugale est encore trop fréquente. J’espère que vous trouverez ensemble une solution durable et que pourquoi pas des lecteurs Belges pourront vous y aider. En tous cas je ne peux que me réjouir d’avoir une personne au grand coeur comme toi parmi mes lecteurs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :