My green philosophy

Bonjour mes petits radis,

Aujourd’hui je ne vous présente pas de recette. Il reste de la tarte aux abricots d’hier donc il ne faudrait pas se goinfrer non plus….(je sais que certaines font attention à rentrer dans leur mini bikini pour dorer leur peau sur les plages).

Ce blog c’est mon bébé. Quand je l’ai ouvert je n’y connaissais rien en blogging, rien de chez rien. A vrai dire je ne m’y connaissais pas vraiment plus en blogging qu’en cuisine, heureusement depuis j’ai fait un peu de chemin.
Aujourd’hui je fais des bannières sur photoshop (voui voui voui – grosse fierté) et ma cuisine me ressemble, elle est green !

Ces dernières années mes réflexions ne se sont pas uniquement orientées autour de la cuisine. Ma démarche est plus globale. Il me semble en effet important de mettre de bonnes choses dans son assiette pour se faire du bien à l’âme et au corps.
Hipocrate disait : Que ton aliment soit ta seule médecine
Pour ceux qui ont un peu de temps devant eux je ne peux que vous conseiller cette interview d’Irène Grosjean, naturopathe pleine de sagesse qui m’a aidée dans ma réflexion.
Pour ceux qui regarderont la vidéo, prenez ce que vous voulez dans cette vidéo et méditez le reste.

Mais il me semble aussi important de ne pas profiter égoïstement de ce que la Terre me donne sans faire de mon mieux pour que cela devienne un échange. La Terre me donne et je lui rends ou je la protège du mieux que je peux.

Je vais donc aujourd’hui vous parler un peu. Je n’ai pas envie de vous faire un article interminable avec tout plein de liens sur lesquels vous ne cliquerez pas (par manque de temps, ou d’intérêt). Je souhaite vous parler tout simplement, de ma façon de vivre, des mes convictions et par la même occasion inaugurer une nouvelle rubrique « Green attitude« . J’espère pouvoir régulièrement alimenter cette rubrique avec des petites astuces green que vous pourrez appliquer au quotidien sans vous prendre la tête. On avance pas à pas chaque jour, sans se stresser et sans culpabiliser de ne pas en faire assez.

Le bio est un vaste sujet qui ne s’aborde pas à la légère. Pourquoi manger bio ? Pour ne pas gober des pesticides à chaque bouchée ? Pour ne pas polluer la terre ? Chacun a ses raisons, et chacune sont noble.
Avec une alimentation basée sur le végétal la quantité potentielle de pesticides peut rapidement atteindre des sommets : nitrates, métaux lourds et même OGM (=jackpot !). C’est une des premières raison.
Dans ce retour de bienfait, la terre me donne donc je lui rends, je ne veux pas piller la nature, tout prendre avidement à travers une consommation effrénée et irréfléchie.
Je mange bio disons à 80%.
Mais dans le bio on peut malheureusement mettre un peu tout ce qu’on veut. A quoi sert d’acheter des produits bio qui viennent de l’autre bout du monde ? Si c’est une question de pollution il faut se poser la question : le bien que je fais à la planète en limitant l’apport de pesticides à la culture des aliments n’est-il pas nettement diminué voire annulé par la pollution du transport pour apporter ces aliments jusqu’à moi ? Selon moi oui mais je n’ai pas fait de calcul savant pour vous le prouver (mon truc c’est la cuisine pas les maths hein !).
Donc le bio oui mais le bio local autant que possible.
Il y a encore peu de temps je discutais avec une dame et sa fille, elles me parlaient de leurs difficultés à consommer des produits locaux. Ceux qu’on trouve dans les magasins Naturalia et même à la Biocoop viennent parfois de loin, j’ai découvert que leurs oignons venaient d’Egypte !! Parce que nous vivons dans un monde où les fraises poussent en février et les tomates en novembre, ben oui ma pauv’ dame, y’a plus de saisons ! Mais si, il y a bien des saisons, chaque années bien marquées et qui nous offrent leurs lots de fruits et légumes. Si les étals des marchés ne reflètent plus le rythme des saisons c’est aussi car nous, consommateurs, voulons tout et tout le temps sans faire preuve de patience. Alors pourquoi ne pas consommer de saison ? C’est indissociable d’une consommation locale. En achetant des produits de saison on met déjà plus de chances de notre côté pour limiter les importations du Maroc ou d’autres pays ensoleillés dont il n’est pas toujours évident de contrôler la conformité, clic. Il ne faut pas non plus négliger la joie de retrouver les premiers poireaux ou les abricots quand leur tour est venu !
Être locavore c’est consommer des produits entre 100 et 250 km autour de chez soi. Ce n’est pas toujours évident quand on habite une grande ville mais c’est possible.
Sur le marché il y aura toujours (ou presque) un maraîcher qui vous proposera des produits de la région et qui sera même ravi de vous expliquer d’où ils viennent si sa démarche est sincère. Il y a les AMAP ou encore La Ruche Qui Dit Oui !

La consommation de viande, poissons, œufs et produits laitiers est également responsable d’une grande partie de la pollution (sans parler d’une souffrance animale inutile à notre alimentation).
Sans pousser tout le monde vers le véganisme car c’est à mon sens une démarche qui prend du temps et doit être réellement réfléchie il faut savoir que c’est une autre flèche à votre arc de super écolo.
Pourquoi ne pas commencer en douceur avec les Jeudi Veggie ? Une super initiative = un jour sans viande ni poisson. Un jour par semaine pour commencer, puis pourquoi pas deux.
Les menus VG du vendredi peuvent également vous aider, plus besoin de se creuser la tête pour établir un menu végétal équilibré car nous le faisons pour vous ! Chaque semaine nous publions un menu pour 4 personnes, essentiellement végétal et de saison.
Avancer pas à pas, c’est la clé du succès !

Pour compléter cette démarche de consom’action vous avez encore d’autres leviers d’action listés ici pêle-mêle : acheter en vrac (plus économique et moins d’emballage), acheter le moins possible des produits emballés individuellement ou sur-emballés, trier vos déchets, récupérer l’eau de cuisson (non salée) pour arroser vos plantes, arroser vos plantes avec l’eau de trempage de vos graines germées (incroyable fertilisant naturel), commencer à faire votre compost (lombricoposteurs, méthode bokashi, compost de jardin),….et encore tant d’autres !

La green attitude peut également s’inviter à la corvée de nettoyage de votre intérieur.
Antigone XXI vous propose un nettoyant de salle de bain parfumé aux agrumes.
Vous pouvez comme moi dire adieu à la lessive pour faire place aux noix de lavages et huiles essentielles. Je n’ai pas acheté de lessive depuis plusieurs années et mon linge est propre et sent terriblement bon (j’alterne entre l’es HE de verveine exotique et ravintsara).
Vous pouvez également tenter de fabriquer votre produit vaisselle maison (je n’ai pas encore trouvé la recette qui me plait mais rien ne vous empêche de faire vos propres essais).

Voici quelques pistes qui pourront je l’espère vous aider dans votre démarche, quelle qu’elle soit et quelles que soient vos motivations.

Je rappelle à ceux qui auraient loupé l’info (si c’est possible) que j’anime un cours de cuisine bio et végétale le 28 juin.
atelier veggie tapas bandeau

PS : il semble que beaucoup de fautes d’orthographe assez monstrueuses se soient glissées dans cet article…..la faute à la fatigue et manque de relecture. Soyez indulgents, je corrigerai tout cela très vite !

Publicités

11 Commentaires

  1. Super idée cette rubrique « Green attitude »! Hâte de connaître tes astuces écolos 🙂 Et j’aime beaucoup ce que tu dis à propos de la vidéo de Irène Grosjean, car cela rejoint l’attitude que j’adopte face à tout ce que je lis, je regarde, j’entends: en tirer ce que l’on souhaite et méditer sur le reste… Car à mon sens, il ne s’agit pas d’adhérer à 100% à un mode de pensée ou de vie pour le respecter, mais simplement d’être ouvert à le comprendre et de laisser le temps à nos propres idées et convictions de se développer, se renforcer… tout en s’inspirant de ce qui nous parle et nous plaît chez les autres.

    • Merci Nathasha !!
      Je pense qu’il faut savoir écouter pour trouver sa propre vision des choses en s’inspirant de ce qu’il y a de meilleur autour de nous. J’ai regardé plusieurs fois cette vidéo, sa voix est tellement douce et sereine que je ne m’en lasse pas.
      Dans cette nouvelle rubrique tu trouveras prochainement un article pour lequel je ferai probablement appel à toi et ta jolie crinière, je sais que tu as déjà compris de quoi il s’agit (laissons planer le mystère pour les autres).

  2. J’aime bien la réflexion sur le bio.
    Bio, oui, mais si possible local…
    Pour la planète…
    Je suis d’accord avec toi … en ajoutant cependant que, pour tant faire que de consommer des fraises en décembre (beurk), vu que, de toute façon, elles viendront quand même de plusieurs milliers de kilomètres, autant choisir des fraises issues de l’agriculture biologique. Ça ne polluera pas moins la planète (en ce qui concerne le transport, en tout cas, parce que là où ladite fraise sera cultivée, le sol sera moins pollué quand même), mais au niveau de la santé (de la personne qui va manger lesdites fraises), c’est quand même plus intéressant…
    Mais, bon, à choisir, mieux vaut manger les fraises maintenant… Donc : bio + local + de saison… Si possible.
    Bon appétit !
    Et je veux bien un bout de tarte aux z’abricots (s’il en reste)…

    • Merci Eric,
      Les fraises de février n’ont aucun gout donc sont finalement bien peu intéressantes. De plus en plus de contrôles sont faits sur le bio espagnol prouvant qu’il y a des dérives et que les normes ne sont pas toujours respectées donc il n’est même pas dit que ce bio là le soit vraiment…..
      Pour la tarte aux abricots tu arrives trop tard, mes collègues ont tout dévoré !
      (certains sont peu enclins à gouter une tarte sans beurre ce qui me désole mais d’autres ont beaucoup aimé).

      • Note que, des dérives, il y en a malheureusement un peu partout…
        Pas que dans le bio espagnol, malheureusement…

        Pour la tarte sans beurre, faut pas l’dire… Personne ne le saura…
        Ça me rappelle une amie qui refuse de manger des bananes. Pas par « allergie médicale », mais par « allergie psychologique », dirais-je : elle en a tellement mangé quand elle était chez ses parents qu’elle ne supporte plus de voir une banane en peinture…
        Un jour, j’ai réalisé une soupe « à la banane et à la tomate » (oignons, bananes, curry, tomatesà, et je lui ai fait goûter … en « oubliant » (suis-je distrait) de lui dire qu’il y avait deux bananes dedans. Résultat ? Elle en a repris. Deux fois… 😆

      • Mes collègues savent que je suis végétalienne donc ils regardent de plus en plus ce que je leur apporte avec un oeil plein de crainte et me demandent quelles sont les choses bizarres que j’ai mises dedans plutôt que d’avoir l’esprit ouvert et se laisser aller à la découverte (c’est incompréhensible…).
        Super le coup de la banane ! Comme quoi la majeure partie du problème est souvent dans la tête 😉

  3. coquelibio

    Merci pour cette réflexion personnelle.
    Consommer le plus près possible, et/ou le plus bio possible c’est ça qui a du sens.
    Vivement tes petites astuces bio 🙂 je serai ravie de m’en inspirer si cela n’est pas encore dans mes propres habitudes.
    Et je rebondis avec la discussion au dessus, la seule chose qu’on peut dire c’est qu’ils ne savent pas ce qu’ils perdent tes collègues frileux du végétal !

  4. Super idée cette rubrique !
    Je suis totalement pour favoriser le bio local et non celui qui vient de l’autre bout du monde, en plus quand je sais que certains légumes de ma biocoop sont produits juste à côté de chez moi, je fonce ! Et puis ils sont souvent bien moins chers donc faut profiter 🙂 Bon ça ne m’empêche pas d’acheter bananes, mangue et avocats de temps en temps mais bon faut bien se faire plaisir aussi.
    J’essaye aussi un maximum de favoriser le fait maison (shampoing, déo, dentifrice, etc) pour le reste j’attends de finir les bouteilles entamées ^^
    Bisous et longue vie à cette rubrique 🙂

    • Merci Gwenaelle ! Il faut toujours faire attention à ses achats car en effet le bio d’Espagne n’est malheureusement pas le même que le bio du producteur du coin…
      Je prépare pour cette semaine un article sur les produits de beauté et hygiène maison en espérant avoir assez de temps pour le terminer.
      Merci pour ton petit mot ❤

      • Oui, on retrouve pas mal de bio d’espagne un peu partout mais je préfère attendre que les poivrons rouges arrivent par ici avec le Soleil plutôt qu’en camion ! ^^
        Super, j’ai hâte de voir ce que tu vas y mettre 🙂
        De rien, ça faisait un moment que le lien vers ton article était sur mon bureau en attente d’être lu et j’ai enfin pris le temps pour le faire 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :